Quand on parle d’organisation personnelle, difficile de passer outre les méthodes de référence sur le sujet.

Passons en revue les grandes méthodes les plus utilisées.

1. La GTD – Getting Things Done

Cette méthode, inventée par David Allen – une référence dans le domaine de la productivité, repose sur 5 piliers :

Capturer

La première phase de toute organisation est de récupérer et noter tout ce que vous avez à faire, pour ensuite pouvoir l’organiser (c’est la saisie dans la « boite de réception »).

Clarifier

Il s’agit de l’étape de décision, que faire de ces taches, les prioriser, en mesurer l’importance afin de définir si, et à quel moment vous allez la réaliser.

Organiser

Ici on intègre une notion de temps, savoir à quel moment vous allez vouloir traiter les taches analysées.

Revoir/Réviser

Une des clefs de cette méthode réside dans la nécessité de revoir régulièrement sa liste de tache pour voir si tout est toujours d’actualité, et repasser sur les 2 précédentes étapes (Clarifier si les tâches ont changés de scope, et les Organiser si l’ordre a pu changer).

Faire : 

Et oui, heureusement la finalité reste de faire les choses 🙂

Mon feedback :

Bien que je trouve cette méthode intéressante car très structurante, elle est également très chronophage. L’ayant mis en place pendant plusieurs mois, je me suis rendu compte que je passais à mon sens beaucoup trop de temps à organiser, au détriment de faire. Mais je ne suis pas assez rigoureux pour suivre une technique qui s’approche plus de la méthode militaire que de l’outil d’appui au quotidien. À vous de tester et de vous faire un avis !

Les références :

2. ZTD – Zen To Done

ZTD veut dire Zen To Done, c’est une version allégée de la GTD présentée ci-dessus, elle résoud en partie la lourdeur de mise en place de la GTD en simplifiant le processus de gestion. et en étant plus « focus » sur l’execution.

Mon feedback :

Bien que beaucoup plus simple, on reste cependant sur un process très rigide qui me laisse trop peu de marge de « désorganisation » dont j’ai besoin pour avancer.

Les références :

3. Pomodoro

Pomodoro, du nom du minuteur en forme de tomate qu’on retrouve dans les cuisines, consiste à découper son temps en zone de 25 minutes de travail, suivi de 5 minutes de pause, afin de laisser le temps à votre cerveau d’être concentré sur une tache, tout en lui permettant de se poser lorsqu’on devient moins focus.

Les références : 

4. The Action Method

Ici on simplifie à l’extrême la gestion, on commence par définir les projets, puis définir les actions, et les références. Les actions doivent être des taches contenant un verbe (Faire, écrire, appeler, envoyer, …). Les références sont les éléments ne poussant pas à la réalisation d’une tache mais utile dans le cadre du projet, mais touchent également des sujets annexes qui sont potentiellement actionnables, mais hors scope du projet dans sa version courante (pour ne pas perdre d’information, d’idées).

Mon feedback :

C’est une des méthodes dont je me suis le plus inspiré dans ma gestion du quotidien, car elle mixe à la fois de la gestion mais énormément d’action, elle permet de se focus rapidement sur les choses que nous avons à faire.

Références :

5. Seinfield Method

Cette méthode, plus lié à la mise en place d’habitude que la gestion de projets complexe s’explique en une simple phrase « Ne brisez pas la chaine ».

L’idée ici est d’établir un calendrier avec des actions répétitives à maintenir de jour en jour, sans briser la chaine, c’est-à-dire, sans avoir de jours de rupture, faire en sorte de se tenir à ses engagements (personnels ou non), et ainsi établir des habitudes.

Mon feedback :

Bien que non lié à la gestion de projets personnels ou professionnels, c’est une clé importante du quotidien, si vous êtes en mesure d’encrer des habitudes dans votre quotidien, sur des points liés à vos projets, vous serez en mesure de faire avancer tous vos projets en réduisant la procrastination.

Ressources :

BONUS –  La personnalisation

En conclusion, je pense que même si toutes ses techniques apportent énormément à l’organisation personnelle (et merci à leurs auteurs de les avoir inventées !), elles doivent vous servir de base à votre propre manière de vous organiser.

Je vous recommande de vous servir des ingrédients de chacune de ces méthodes pour composer votre propre façon de travailler, en piochant les éléments qui vous intéressent, un peu comme vous prendriez des ingrédients de plusieurs recettes pour faire votre propre plat.

Et comme à chaque fois, la seule vraie bonne façon de savoir ce qui vous convient le mieux reste de tester ces méthodes, de vous les approprier et de les modeler à votre image.

Et vous, vous utilisez quelles méthodes ?

Show CommentsClose Comments

Leave a comment